Infos :

  • L'ENA abrite un symposium sino-africain sur la coopération et le développement.
  • 200 exposants paricipent au Salon international de la santé et du matériel médical de Dakar (SISDAK) qui s'ouvre ce mercredi 18 juillet.
  • Macky Sall a reçu en audience le nouveau ministre gambien des Affaires étrangères.
  • Douze milliards de francs seront prochainement débloqués pour financer le relèvement des plateaux techniques des structures de santé situées le long de la RN1.
  • Le ministre de la Santé et de l’Action sociale lance la réflexion sur la décentralisation du recrutement des agents de santé pour une meilleure gestion des ressources humaines.

Actualité

Lutte contre le sida, l'ANCS place la cible au cœur de sa stratégie

L’Alliance nationale des communautés pour la Santé (ANCS) rompt avec les méthodes classiques de lutte contre le Sida et mise sur des offres de services aux "populations clés", des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, des "professionnelles du sexe" ainsi que des consommateurs de drogues injectables. Dans cette perspective l’ANCS a enrôlé 124 médiateurs issus de ces "populations clés".

L’Alliance nationale des communautés pour la Santé (ANCS mise sur des offres de services différenciées ciblant principalement des "populations clés ».

Les nouvelles méthodes ciblent des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (MSM en anglais), des "professionnelles du sexe" ainsi que des consommateurs de drogues injectables.

Ces "populations clés" stigmatisées et marginalisées "ne sont pas suffisamment atteints dans la prise en charge alors qu’elles sont les plus touchées par les nouvelles infections", selon le chargé de programme de l’ANCS Massogui Thiandoum.

 en marge d’une visite des établissements chargés d’assurer la prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH/Sida à Dakar et sa banlieue, mardi.

Cette rupture avec les méthodes devrait permettre de toucher 90% de la cible en termes de dépistage, d’accès aux antirétroviraux et de réduction de la charge virale.

Dans l’optique de l’atteinte des objectifs de ces "trois 90%", le Sénégal est "en bonne voie avec les meilleurs chiffres dans la sous-région mais avec beaucoup de défis à relever’’, notamment en ce qui concerne le taux de dépistage, qui atteint actuellement "69% alors que la couverture en antirétroviraux est à 57%, là où la suppression de la charge virale reste à 19% en 2016", a indiqué M. Thiandoum.

L’option est de mettre l’accent sur les communautés vivant avec le VIH où la prévalence est la plus élevée (23%) par rapport à la population générale (0,5%).

Dans cette perspective l’ANCS a enrôlé 124 médiateurs issus de ces "populations clés", pour faciliter l’accès aux services et aux soins des personnes vivant avec le Vih.

Il s’agit à terme de mettre la personne vivant avec la VIH "au cœur de sa propre prise en charge, en allant au-delà de la simple implication des associations de PVVIH", a expliqué Fallou Sylla, directeur de l’antenne sénégalaise de la "Coalition Plus’’.

Cette organisation présente au Mali, en Guinée et au Sénégal, aide les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre à mutualiser leur expertise et savoir-faire, dans une démarche de partenariat Sud-Sud.

rts.sn

A la une: 
Fil d'infos: 
non
tag: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.