Infos :

  • Ousmane Tanor Dieng 72 ans, est décédé des suites d’une maladie ce lundi15 Juillet en France.
  • La loi constitutionnelle portant suppression du poste de Premier Ministre a été promulguée par le Président de la république.
  • Aminata Touré est nommée présidente du Conseil économique social et environnemental
  • Président Macky Sall quitte Dakar ce 14 mai 2019 pour prendre part, le 15 mai à L’Elysée, à une réunion internationale de haut niveau sur les contenus en lignes.
  • Sadio Mané, avec 22 buts, est co-meilleur buteur de la saison 2018-2019 de Premier league avec Liverpool,

Actualité

Recrudescence du trafic de bois dans le sud pays

139 billots de bois 179 charrettes, 66 chevaux et 145 ânes ont été saisis près de la frontière avec la Gambie par les agents des Eaux et Forêts de Sédhiou ces dernière semaines.

D’importantes saisies de bois dans la zone frontalière avec la Gambie ont été effectuées par les agents des Eaux et Forêts de Sédhiou depuis le mois de janvier à nos jours.

139 billots de bois 179 charrettes, 66 chevaux et 145 ânes ont été saisis près de la frontière avec la Gambie.

Cette recrudescence du trafic de bois résulte, selon Commandant Djimanga Diédhiou, de la levée du moratoire en Gambie qui ouvre donc les vannes au profit de la réexportation du bois vers l’étranger.

«Effectivement, cela est dû à la levée du moratoire sur la réexportation du bois vers l’étranger, à partir de la Gambie. Et tout d’un coup on a constaté une recrudescence vers les forêts casamançaises. C’est la raison pour laquelle nous autres également investissons le terrain pour les en empêcher.», a indiqué le Commandant Djimanga Diédhiou.

Le Commandant Djimanga Diédhiou, Inspecteur régional des Eaux et Forêts de Sédhiou a fait le point sur ces opérations de terrain ce jeudi 14 février.

Nous travaillons de concert avec des indicateurs qui connaissent bien le milieu et qui nous fournissent des renseignements assez fouillés sur la présence des trafiquants de bois.

Il est vrai que, quelques fois, nous intervenons avec les Forces de défense et de sécurité. Mais, depuis janvier, ce sont presque nos hommes qui opèrent sur le terrain avec succès».

Aucun délinquant n’a encore été appréhendé, en raison de la densité de la forêt et de la complicité de  certaines populations qui guettent la présence des agents et alertent les coupeurs» a expliqué le Commandant Djimanga Diédhiou.

A la frontière sud avec la Guinée-Bissau, c’est le calme plat qui règne dans la gestion des ressources forestières.

rts.sn

A la une: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.