Infos :

  • Le point focal paludisme de la région médicale de Kaffrine, Ousseynou Fall, alerte contre une "augmentation drastique" des cas de paludisme dans le Ndoucoumane.
  • Au Sénégal les deux tiers des personnes vivant avec le VIH sont dépistées selon Dr Safiatou Thiam.
  • Le ministre de la Culture a remis un million de francs CFA à chacune des deux lauréates sénégalaises du dernier FESPACO.
  • Le match Sénégal-Madagascar du 23 mars sera joué au Stade Lat-Dior de Thiès
  • Le ministre de la Culture "Sargal" les femmes cinéastes lauréates du FESPACO

Actualité

Trois sénégalais à l'honneur au FESPACO

Trois acteurs sénégalais, Lamine Ndiaye, Ibrahima Mbaye "Thié" et Rokhaya Niang ont été honorés à Ouagadougou lors d’une soirée "des célébrités’’ à l’occasion de la 26ème édition du FESPACO.

Lamine Ndiaye, Ibrahima Mbaye "Thié" et Rokhaya Niang ont été honorés lors d’une soirée "des célébrités’’ organisée par les acteurs et comédiens burkinabè dans le cadre du FESPACO

Le comédien Lamine Ndiaye se dit "très honoré" de recevoir cette distinction, même s’il regrette de l’avoir obtenue en dehors de son pays.

"J’aurais bien voulu recevoir ce trophée au moins dans mon pays. Je ne pourrais terminer sans remercier le Burkina Faso, car tous mes projets dans le monde sont partis de ce pays", a dit Lamine Ndiaye.

Se sentant "investi d’une mission", il veut à travers cette récompense "encourager les jeunes". Lamine Ndiaye, considéré comme "un monument" dans le milieu du cinéma et du théâtre dit avoir a opté pour ce métier pour gagner sa vie.

Son collègue Ibrahima Mbaye "Thié" prend ce prix comme un "bon réconfort".

"Je le prends comme tel en pensant à transmettre et à essayer d’aller vers le plus haut possible, c’est un symbole et la preuve de quelque chose que l’on a bâti avec des gens, on va porter ce flambeau le plus longtemps possible", explique Ibrahima Mbaye, acteur principal du film "OrDur" de Momar Talla Kandj en compétition court métrage au FESPACO.

Pour sa part, l’actrice Rokhaya Niang qui a commencé dans le cinéma en 1998 avec "Le prix du pardon" de Mansour Sora Wade demande aux comédiens et acteurs de croire en leur métier.

"Je ne pensais pas faire le tour de l’Afrique en tant qu’actrice, aujourd’hui j’ai joué dans beaucoup de films en Afrique et dans le reste du monde. Il faut y croire", dit-elle.

Rokhaya Niang est membre de l’organisation de cette soirée des "célébrités" du cinéma et de la télévision, la deuxième du genre organisée lors de la biennale du cinéma à Ouagadougou.

rts.sn

A la une: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.