Infos :

  • Une bande de 5 étrangers a été démantelée par la Division spéciale de cybercriminalité. Elle s’activait dans le trafic de migrants et la confection de faux documents de voyage.
  • Le poète Amadou Lamine Sall lauréat du Prix international de Poésie Fernando D’Almeida au Québec,
  • Babacar Diagne prend service comme président du CNRA.

Actualité

Saisie de peaux de bêtes par la police de Tambacounda  

Le commissariat de police de la commune de Tambacounda  et le service des eaux et forêts ont mis la main sur une importante quantité de produits prélevés sur des espèces animales protégées, faisant l’objet d’un trafic, lors d’une opération conjointe.

Le commissariat de police de la commune de Tambacounda  et le service des eaux et forêts ont mis la main sur une importante quantité de produits prélevés sur des espèces animales protégées, faisant l’objet d’un trafic, lors d’une opération conjointe.

 Lors de cette opération lancée mercredi 28 février dans plusieurs quartiers de la ville de Tambacounda, les services concernés ont interpellé trois individus, deux Sénégalais et un Guinéen, détenant par devers eux des parties de bêtes sauvages, a indiqué le commissaire de police Yaya Tamba.

 Il s’agit de peaux et têtes de lion, de léopard, de cobes de fassa, d’antilopes, a précisé le chef du secteur des eaux et forêts de Tambacounda, le capitaine Mamadou Guèye.

 "Depuis hier nuit jusqu’à 3 heures du matin, (dans la nuit de mercredi à jeudi), on était sur le terrain", a relevé le responsable des eaux et forêts de Tambacounda. Selon lui, cette opération a été facilitée par l’ONG WARA, qui leur a fourni une bonne partie des informations ayant permis d’arrêter des auteurs présumés de ce trafic.

 Cette prise est la preuve que le braconnage persiste toujours, a commenté le capitaine Guèye, pour qui "la criminalité faunique touchant les espèces menacées, est une réalité dans toute la sous-région".

 "C’est un flagrant délit et les auteurs n’ont pas nié" les faits qui leur sont reprochés, a-t-il poursuivi, relevant que le procureur a été saisi de l’affaire et la procédure judiciaire devant mener vers un procès, enclenchée.

 "L’opération continue parce qu’on a d’autres informations et nos éléments sont aux aguets", a dit le capitaine Guèye.

 Les produits saisis, emballés dans des sacs, sont issus du Parc national du Niokolo Koba et d’autres pays de la sous-région et étaient destinés à la commercialisation, selon le service des eaux et forêts.

Selon le commissaire Tamba, un petit bout de peau de lion est vendu entre 2.000 et 3.000 francs CFA sur le marché à des fins fétichistes.

rts.sn

 

A la une: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.